EDI

En quoi la digitalisation des entreprises et du retail pousse la supply chain à faire face à de nombreux challenges, à se transformer en profondeur ? Comment la mise en place de l’EDI et de la facturation électronique (e-invoicing) permet-elle d’accompagner cette transformation ? Continue reading

Quels sont les défis du département Supply Chain ?

La supply chain est soumise à de grandes mutations alors que les processus se digitalisent et que les attentes des consommateurs comme des partenaires commerciaux se transforment. Quels sont enjeux et les défis auxquels ce département est confronté dans chaque entreprise ? On vous donne quelques explications dans cet article.

Qu’est-ce que la supply chain ?

On parle de supply chain pour désigner la gestion de la chaîne logistique. Cette dernière se présente comme la colonne vertébrale du bon fonctionnement d’une société. Bien gérer les missions, les flux d’information et les flux produits sont les clés pour assurer une parfaite maîtrise de l’approvisionnement et de la production. Cela est indispensable afin de respecter non seulement les délais de livraison, mais également les coûts de production.

La chaîne logistique démarre avec les matières premières permettant de fabriquer les marchandises finales, et inclut les tâches d’approvisionnement, les relations avec les fournisseurs, le transport, le stockage ainsi que la manutention. Les entreprises qui sont en mesure de la manager convenablement et l’optimiser sont aussi celles qui sont les plus compétitives sur leur marché, en mesure d’assurer leur propre pérennité.

Quels sont les challenges devant être relevés par les entreprises ?

D’ici cinq ans, l’extrême majorité des entreprises auront amélioré la collaboration entre leurs équipes et leurs partenaires via l’échange d’information commerciales en temps réel. Pour cela, elles auront automatisé leurs processus et accéléré leurs échanges au sein de la supply chain.

Les consommateurs sont à la recherche de toujours plus de personnalisation dans leurs produits. Cela implique des cycles de vie qui se raccourcissent et déplace les curseurs de la compétitivité sur la logistique elle-même. En effet, les entreprises qui sont en mesure de se démarquer sont celles qui sont en mesure d’automatiser, d’agir en temps réel et ainsi de gagner en réactivité.

Qu’il s’agisse d’entreprise B2B ou B2C, assurer la fabrication et la livraison des produits dans des conditions optimales passe par l’utilisation de nouveaux outils digitaux :

  • Les enjeux BtoC tournent autour de la livraison et le dernier kilomètre pose un problème en termes de coût. Les entreprises de ce secteur doivent œuvrer à briser les silos de leur organisation, à partager la data entre les services, et à fusionner les stocks dédiés aux ventes online avec ceux des ventes physiques pour être en mesure de répondre à la demande. Ce partage d’information nécessite l’utilisation de canaux de communication fiables, réactifs et instantanés.
  • Les enjeux B2B, quant à eux, doivent faire face au raccourcissement des délais de livraison qui ont un impact direct sur le traitement des commandes. La chaîne logistique s’élargit progressivement, intégrant l’organisation de son fournisseur dans son écosystème. A nouveau, les échanges entre fournisseurs et revendeurs sont primordiaux : la réactivité est la clé du succès. Elle permettra de prévenir les ruptures d’approvisionnement et d’anticiper les retards via une amélioration globale de la communication entre les parties.

Le respect des exigences légales, de plus en plus complexes dans le cadre des échanges commerciaux, peut également être un frein à cette transformation digitale.

Comment amorcer le virage de la digitalisation ?

Pour faire face à la digitalisation et relever les défis de la supply chain, les entreprises doivent construire des écosystèmes solides reposant sur quelques principes forts.

La réactivité des échanges est donc un axe d’amélioration important, mais la réduction des coûts liés à ces derniers est tout aussi importante.

La mise en place de la facturation électronique et d’Echanges de Données Informatisés (EDI) entre partenaires commerciaux sont quelques-unes des réponses aux problématiques rencontrées.

Quelques axes d’amélioration :

  • Les charges liées aux traitements des factures et autres documents commerciaux comme les commandes ou les avis de livraison doivent drastiquement réduits : la digitalisation de ces échanges accélère la réactivité entre partenaires commerciaux.
  • Les coûts liés aux traitements de ces échanges est un élément important à prendre en compte. Dans un monde constamment à la recherche d’économies, l’adoption de la facturation électronique est un véritable avantage compétitif.
  • Les entrepôts doivent être repensés via l’automatisation et l’offre de nouveaux services aux consommateurs, plus personnalisés. Ceci afin d’apporter davantage de valeur ajoutée. La mise à disposition d’états de stock aux clients ou aux fournisseurs à une fréquence importante permet d’anticiper les éventuelles ruptures de manière pro-active.
  • Le schéma classique « entrepôt-magasin » doit être brisé, pour optimiser la gestion des stocks. Réduire le coût du dernier kilomètre passe par transformer chaque point de vente en un lieu de stockage permettant de préparer ou d’expédier une commande. Le réseau de magasins de la marque peut ainsi présenter un meilleur maillage géographique. A nouveau, la mise à disposition des informations relatives au stock permet de répondre à ces problématiques.
  • La chaîne logistique doit s’étendre d’amont en aval, dépassant les limites des entrepôts pour disposer d’une visibilité à 360° des flux de commande. Le fait d’accuser de manière automatique la réception d’une nouvelle commande ou d’un avis de livraison permet d’obtenir de précieuses informations qui pourront être proposées aux clients finaux et ainsi offrir la visibilité tant recherchée.

Et l’EDI dans tout ça ?

L’Échange de Données Informatisé (EDI) correspond au fait d’échanger de manière informatisée et automatique entre plusieurs partenaires commerciaux des messages dont le contenu est standardisé. Ces informations représentent la plupart du temps l’équivalent électronique de documents commerciaux, financiers et logistiques en papier comme la commande, la facture ou l’avis d’expédition. Traiter ces documents en EDI et non en papier, email ou fax permet de fiabiliser l’échange et d’accélérer le traitement de ceux-ci.

Les échanges en EDI sont aujourd’hui primordiaux pour les entreprises et sont une des solutions afin de répondre aux nombreux challenges auxquels doivent faire face les entreprises.

 

Article rédigé par Arnaud François, ingénieur avant-vente chez Comarch.


Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*