Retail

Adopté en avril 2016 par le Parlement, le nouveau règlement européen devrait s’appliquer à partir de mai 2018. A destination des entreprises, la GDPR (pour General Data Protection Regulation) vise à simplifier, harmoniser et renforcer la protection des données personnelles. A seulement quelques mois de l’échéance, peu d’entreprises sont aujourd’hui prêtes, et pourtant, au-delà de la contrainte qu’il représente, ce nouveau règlement pourrait marquer un regain de confiance des consommateurs envers les entreprises. Continue reading

La data à cœur

La donnée est aujourd’hui au cœur de notre environnement. Il se crée chaque jour une quantité incroyable de données, qui vient elle-même enrichir un stock de données tout aussi important. Des données personnelles, bancaires, … L’arrivée massive des objets connectés dans le quotidien des consommateurs, aussi bien sur le lieu de vente qu’à domicile, vient gonfler significativement le volume de données générées, avec bien souvent des business model centrés uniquement sur le recueil et le traitement. Comment dans un tel contexte protéger la vie privée des citoyens ? C’est ce que se propose d’encadrer le GDPR en simplifiant, harmonisant et renforçant la protection des données personnelles.

Une étude menée par le Groupe CXP en 2017 sur la Cyber Sécurité révèle que plus de la moitié des répondants (265 dans le cadre de l’étude) ont déjà commencé à mettre en place des processus de traitement des données sensibles.

Recueil, traitement, stockage et partage

Au travers de la GDPR, les entreprises devront s’assurer du consentement des individus dans le recueil et le traitement de leurs données. Et plus encore, ces mêmes entreprises devront pouvoir en cas de contrôle apporter la preuve de ce consentement.

Les entreprises soumises devront également s’assurer de garantir la sécurité des données recueillies, à la fois contre les risques de pertes, de vols, ou de corruption. Les vols de données ne cessent de se multiplier au cours des dernières années. Si cela venait à arriver, l’entreprise devra en informer la CNIL ainsi que les personnes visées, ou possiblement visées par cet acte, dans un délai de 72h.

Le partage de données devra également répondre au strict cadre du règlement, notamment en dehors de l’UE. Le règlement s’applique également aux entreprises vendant des services ou des biens sur le marché Européen.

Le consommateur a ainsi le droit à tout moment de demander à une entreprise l’effacement de ses données personnelles (sous certaines réserves) ainsi que la portabilité de celles-ci (données recueillies en vue de les partager, avec d’autres entreprises par exemple).

Des sanctions lourdes

En cas de non-respect du règlement, les entreprises s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 4% du CA ou 20 millions d’euros, en sus de l’indemnisation des personnes lésées. Les entreprises concernées devront à tout moment être à même de dresser un état des lieux des données dont elles disposent, depuis leur localisation en passant leur niveau d’intégrité et le mode de collecte.

Un projet complexe à mettre en œuvre pour les entreprises

A l’étape initiale de diagnostic succède la non moins complexe phase d’adaptation du Système d’Informations existant. Un projet qui doit également mener les entreprises à nommer un Data Protection Officer, personne référente sur la question. A moins d’un an de l’échéance, les entreprises concernées se doivent d’agir vite. Projet transverse, la GDPR va mobiliser tous les services de l’entreprise, depuis la DSI bien évidemment, jusqu’aux Directions Juridique et de Ressources Humaines en passant par la Direction Générale. Une coopération nécessaire pour répondre aux objectifs du nouveau règlement.

De manière générale, l’importance donnée à la mise en conformité est en relation directe avec la sous-évaluation que beaucoup d’entreprises font du risque de non-conformité. Une étude récente menée par le Groupe CXP sur la cyber-sécurité révèle ainsi que 52% des entreprises sondées pensent (relativement à la GDPR) que « ces réglementations sont une bonne chose sur le principe mais complément irréalisables dans les temps imposés ».

Véritable projet de responsabilisation, la GDPR amène également les entreprises à repenser la conception des produits et services, en s’orientant plus naturellement vers le Privacy By Design (penser la sécurité des données dès la phase de conception), associé à une stricte limitation des données recueillies, sur la base des besoins de l’entreprise.

EN SAVOIR PLUS SUR NOS SOLUTIONS RETAIL

Rassurer plus que contraindre

Si la GDPR apparait aux premiers abords comme contraignante pour les entreprises, elle est surtout là pour rassurer les consommateurs, en apportant des réponses claires sur ce qui jusqu’à présent paraissait opaque, ou perdu dans des documents inaccessibles ou encore écrits trop petits. Les consommateurs, en reprenant la main sur la gestion de leurs données privées, accorderont d’autant plus de confiance aux enseignes, ce qui se retrouvera dans l’engagement et l’acceptation de partager des données aujourd’hui essentielles pour mieux comprendre les attentes et les comportements des consommateurs.

Sources

1 – CNIL https://www.cnil.fr/fr

2 – Conseil Européen, conseil de l’union européenne http://www.consilium.europa.eu/fr/policies/data-protection-reform/data-protection-regulation/


Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*